Par Muriel Girard & Thibaut Brix


Nous avons récemment parlé du rapport des tout-petits face aux écrans. Nous y avons mentionné le PEGI, ce système de classification par âge des jeux vidéo. Si le principe est compréhensible, son application et les choix opérés ne le sont pas toujours. Voici quelques pistes pour mieux les appréhender.

Le PEGI, c’est quoi ?

Nous pourrions vous renvoyer vers la FAQ du site officiel mais ce serait mal nous connaître : un bibliothécaire, ça cherche, ça creuse et ça trouve l’info la plus adaptée. Donc, adaptons-nous !

« PEGI » est un acronyme qui signifie « Pan European Game Information », ou littéralement « information paneuropéenne [pour toute l’Europe] de jeu ». Pas très folichon comme francisation : on va plutôt parler de système européen de classification des jeux vidéo. Voilà, c’est plus clair. Précisons en sus que c’est une classification par âge, et qu’il s’agit de recommandation et non d’interdiction.

Vous savez l’essentiel. Voyons un peu les origines de cette classification, son importance et son fonctionnement.

C’est quoi la petite histoire ?

Le PEGI a été créé en 2003 par un regroupement de professionnels du jeu vidéo, de politiciens et d’associations.  Il a permis de fédérer les systèmes de classement de chaque pays européen. D’abord initiative privée, ce système s’est imposé avec le soutien grandissant des éditeurs, des constructeurs et de la Commission européenne qui estime qu’il entre dans le cadre de la protection de l’enfance.

Appliqué aux jeux sur ordinateur et sur console, le PEGI concerne également les jeux mobiles depuis 2015. Il est aujourd’hui présent dans 31 pays, essentiellement européens, et près de 600 entreprises y sont rattachées. Plus de 20000 jeux ont été labellisés depuis les origines !

Comment s’opère la classification ?

Le PEGI se présente sous forme de pictogrammes colorés avec l’âge recommandé (le label). Ce label est conditionné à la présence d’autres pictogrammes thématiques en noir et blanc (les descripteurs). Cela permet aux  adultes de savoir en un clin d’oeil si le contenu est adapté aux enfants.

Pictogramme de la classification PEGI

Pour obtenir le label adapté, l’éditeur d’un jeu remplit un formulaire de déclaration en ligne. Ce formulaire est une base pour la vérification du contenu du jeu. Il permet aux administrateurs du PEGI de se concentrer sur des parties ou des aspects qui sont les plus susceptibles d’influer sur la classification. Les administrateurs ne peuvent en effet pas pratiquer la totalité des jeux édités !

Le processus de classification

  1. L’éditeur remplit le formulaire d’une quarantaine de pages en anglais !
  2. Selon le contenu déclaré, une classification provisoire est mise en place avec une description des points essentiels pour le choix de la catégorie d’âge.
  3. Les administrateurs du PEGI reçoivent un kit leur permettant d’effectuer un double contrôle de la classification provisoire selon leurs critères.
  4. L’éditeur du jeu reçoit une licence autorisant l’utilisation du label par âge avec les descripteurs de contenu associés.

Les limitations du PEGI

Parce qu’une classification n‘est jamais anodine et forcément subjective en dépit des efforts faits pour être aussi neutre que possible, le PEGI n’échappe pas à certaines limitations : la principale étant que ce système ne représente pas le niveau de difficulté du jeu ou d’aptitudes requises !

Ainsi, même si un jeu affiche le label « 3 », cela ne signifie pas qu’un enfant de 3 ans sera apte à le prendre en main et à y jouer facilement. Le jeu ne sera ni violent, ni grossier, ni effrayant mais sa prise en main pourra être difficile (par exemple les jeux de sport comme la série des Pro Evolution Soccer ou de course comme la série des Gran Turismo font appel à la synchronisation des gestes et au respect de règles sportives complexes).

Des jeux à partir de 5 ans

On l’a vu, ce système n’est pas parfait mais a le mérite d’exister. Le PEGI permet surtout à des adultes de ne pas faire d’achats inadaptés pour des enfants. Mais nous vous recommandons aussi de vous renseigner sur la maniabilité et la prise en main, auprès d’un vendeur spécialisé, ou mieux, d’un bibliothécaire, parangon de la neutralité !

Voici une sélection de jeux (PEGI 3) pour les petits jouables dans nos médiathèques (sur PS3, Wii, Wii U et Xbox 360) :

Jeux pour les petits

Et pour jouer avec votre enfant depuis votre ordinateur, on vous recommande Bolid’z (Merci à Caroline !).

Et pour conclure ?

En médiathèque, nous nous appuyons sur le PEGI pour permettre à nos usagers de jouer en fonction de leur âge ; mais la connaissance de nos fonds de jeux vidéo nous pousse également à nous adapter : certains jeux estampillés « 12 » sont souvent accessibles à des enfants plus jeunes. A nous de nous en assurer, c’est là tout notre travail de médiateurs numériques. Par exemple, la série Naruto Shippuden Ultimate Storm met en scène des combats de ninjas avec une violence suffisamment graphique, cartoonesque et exagérée pour ne pas choquer des enfants de 9 ou 10 ans.

A l’inverse, quand nous sommes confrontés à des demandes d’enfants ou d’adolescents souhaitant jouer à des jeux qui ne sont pas de leur âge (réservés aux plus de 16 ou 18 ans), nous expliquons pourquoi nous leur interdisons ; dans beaucoup cas, la réaction est (par exemple) « oui mais mon père me laisse jouer à GTA à la maison« … Rappelons que GTA, série populaire et acclamée, met quand même en scène des crimes, de la torture et de la prostitution ! Un jeu pour adulte de ce type a une forte influence sur un jeune esprit en formation et peut choquer.

Au final, il faut retenir que si le PEGI est une recommandation et non une interdiction, il n’en est pas moins un marqueur essentiel dans le choix d’un jeu. Mais il n’est pas le seul et c’est aux parents et à l’entourage des enfants d’être vigilants et de les accompagner face à l’écran.

Publicités