Par Muriel Girard & Thibaut Brix


La première version de cet article a été publié en 2016 sur le site des médiathèques.


Le mois dernier, les médias ont relayés une intéressante étude canadienne qui démontre que les écrans connectés (tablettes, smartphones…) provoquent des retards de langage chez les enfants dès leur plus jeune âge. Pour plus de précisions, vous pouvez lire les articles d’Ouest France ou de Fredzone.

« Les scientifiques ont alors estimé que la passivité des enfants lors de l’utilisation des appareils nuisait au développement du langage et que le risque de retard augmentait de 49 % à chaque demi-heure passée devant un écran. »

C’est suffisamment inquiétant pour que les scientifiques émettent des recommandations à l’attention des développeurs, notamment pour rendre leurs applications plus interactives. Mais c’est surtout aux parents de montrer l’exemple. Dans les médiathèques, nous voyons régulièrement des parents venir jouer avec de jeunes enfants. Se pose alors la question suivante : à partir de quel âge un enfant peut-il jouer aux jeux vidéo ?

Avant 3 ans

Les jeux vidéo sont purement et simplement déconseillés. Avant 3 ans, les enfants auront des difficultés à s’approprier un jeu et à rester concentrés. Et comme nous l’apprend l’étude canadienne, il est déconseillé de laisser un enfant en bas âge devant un écran : lumières, couleurs, mouvements, tout cela a une interaction sur son cerveau, son développement cognitif et son apprentissage du langage. Oubliez la télé, les consoles, l’ordinateur et essayez plutôt les jeux de société comme un memory, Mimi joue aux billes ou le Renard équilibriste, ça sera beaucoup plus adapté.

De 3 à 6 ans

Si le système de classification PEGI appose une mention 3 [ans] sur de nombreux jeux, cela ne signifie pas que ceux-ci soient adaptés à un enfant d’au moins 3 ans mais simplement qu’il n’y a ni violence, ni éléments effrayants, ni grossièretés. Idéalement, en dessous de 6 ans, la prise en main sera difficile car un jeu, ce ne sont pas que des mouvements sur un écran, c’est aussi la compréhension des règles, du but à atteindre, un ensemble de manipulations et d’interactions à effectuer… Bref, c’est dur, même si le jeu est « mignon » et « rigolo ».

Après 6 ans

Il est indispensable d’accompagner l’enfant dans sa découverte des jeux vidéo. Rappelez-vous une chose : l’enfant sera toujours plus à l’aise que l’adulte. Il essaye, réessaye, apprend et comprend. Il sera ravi de le partager avec ses parents, oncles, tantes ou grands-parents… Il le sera d’autant plus que le plus maladroit ne sera peut-être pas celui qu’on croie !

Conclusion : des jeux vraiment adaptés ?

Il existe différents types de jeux destinés aux enfants. Beaucoup sont ludo-éducatifs, d’autres simplement ludiques, mais cachent un apprentissage parfois inattendu. N’oubliez pas qu’après l’école et les devoirs, il faut évitez la surenchère éducative. On peut très bien apprendre l’organisation, la planification, l’anticipation, les réflexes sur un jeu ludique…

Dans les médiathèques, vous pouvez faire une course de voiture avec Pocoyo Racing, des cascades aériennes avec Stunt Flyer : Hero of the Sky ou vous amuser sans manette avec 5, rue Sésame : il était un monstre.

Liens :

Et aussi des romans pour les plus grands, avec du jeu vidéo dedans !

Publicités