Oups, on a failli rater l’article jeux vidéo du mois d’avril… La faute au soleil, au retour du printemps, aux oiseaux qui chantent… On a même raté le poisson d’avril, c’est dire. Du coup, à manger notre salade de midi en extérieur, on s’est dit qu’on prenait plaisir à lire JV, notre revue coup de coeur sur les jeux vidéo.

L’actualité du monde vidéoludique [répétez 5 fois à toute vitesse cette expression] va à 100 à l’heure et parfois ça fait bien de se poser un moment, d’arrêter de courir après la dernière bande-annonce in-game ou de baver sur la rumeur du moment…

Parfois, on a juste envie d’explorer le monde du jeu vidéo comme un univers mature et riche de sa longue existence. Depuis les années 50, le petit pixel en a fait du chemin ! Et justement, JV est exactement la revue qui prend le temps de revenir sur le jeu vidéo comme loisir et pas comme course à l’exclu.

La presse papier est en crise face au numérique ? Loin des actus/avant-premières/tests (même s’il y en a), JV propose des dossiers très complets sur des thématiques variées, parfois inattendues, à lire sur papier en prenant son temps.

Créateur·trice·s, éditeur·trice·s, graphistes, musicien·ne·s, geeks sont à l’honneur, avec des souvenirs, des retours sur l’histoire du jeu vidéo, de l’humour et des vraies enquêtes de journalistes indépendant·e·s ; pas des packs de dépêches reprises des dossiers de presse. Le ton est actuel, creusé et que l’on soit hardcore gamer, novice ou curieux·se, on y trouvera toujours un petit article à découvrir. C’est tellement bien qu’on garde les anciens numéros pour préparer nos prochaines animations numériques.

Et puis les couvertures sont très chouettes.

Vous pouvez trouver JV dans les médiathèques André Malraux et Sud. Bonne lecture !

Pour ceux qui mangent avec leur smartphone sur les genoux, JV est partenaire du site Gamekult, c’est bien aussi. Et puis, il y a Twitter !

Publicités