affiche copy party sous jpeg

La « COPY PARTY » est une journée festive et pédagogique placée sous les auspices  des Biens Communs. Cela nous permettra de définir :

le domaine public et de découvrir les possibilités qu’il recèle ;

– de donner les clefs pour un partage  et des échanges légaux ;

– d’inventer et expérimenter des  sociabilités nouvelles ;

– d’aborder un internet différent et  pourtant prêt à être parcouru.

.

Au fil des heures :

  • 11h Conférence de Lionel Maurel : « COPY PARTY en bibliothèque : de quel droit et pourquoi cela fait sens ? »

Rappeler les droits de chaque citoyen face aux œuvres et les utilisations créatives qui peuvent en découler. Sensibiliser aux notions de droit d’auteur, copie privée, DRM, plagiat, par Lionel Maurel, bibliothécaire et juriste, spécialiste du droit d’auteur et du numérique.

  • 14h-15h Ateliers bibliobox avec Thomas Fourmeux : « Partager des contenus du domaine public »

Mettre en place une bibliobox pour inviter à découvrir le domaine public, les créations sous licences CC. Comprendre les enjeux et les utilisations d’une bibliobox, par Thomas Fourmeux, bibliothécaire.

  • 15h-16h Conférence de Valérie Briat : « Quand la lecture devient écriture, la collecte de textes »

Analyser en quoi la méthode mise en place pour la collecte de textes donne des outils de travail adaptés aux pratiques du numérique.

 

Nos intervenants :

Lionel Maurel, conservateur des bibliothèques et juriste. Il travaille particulièrement sur le droit d’auteur. A travers ses multiples interventions, il valorise les biens communs de la connaissance, le domaine public et la culture libre. Cofondateur de savoirscom1, membre de la quadrature du net, il anime le blog S.I.Lex.

Voici la présentation proposée par Lionel Maurel le 28 mars

Thomas Fourmeux, bibliothécaire, membre de savoirscom1. Comme Lionel Maurel, il participe à de nombreuses rencontres autour du développement des pratiques numériques en bibliothèque. Il anime le blog biblio numericus et a déclaré récemment lors d’une interview « Je suis attaché à la notion d’égalité et je pense que le bibliothécaire est, dans une certaine mesure, un militant de l’égalité qui œuvre pour l’accès pour tous à la culture. Je considère la connaissance comme un bien commun qu’il faut protéger et promouvoir. »

Et surtout ne manquez pas tous les samedis sur Numerama, le COPYRIGHT MADNESS, une semaine de propriété intellectuelle en délire, compilée par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux. Chaque sélection renforce l’idée qu’il faut réformer le droit d’auteur dont les atteintes représentent une véritable menace pour nos libertés.

Valérie Briat, professeure documentaliste, engagée dans l’éducation aux pratiques numériques des collégiens. Elle intervient aujourd’hui pour présenter ses pratiques et permettre à chacun de progresser dans ses recherches, sa navigation sur le web, sa rédaction de textes. Comment à partir de documents de collecte trouvés sur le web permettre aux élèves de passer du « copié-collé au copié-créé ». Ou l’art et la manière d’utiliser le Web « intelligemment ».

Voici la présentation proposée par Valérie Briat le 28 mars :

.

1 – LA COPY PARTY pour une pédagogie autour de la copie :

 

copy party  cadre légal
Image issue d’un livret réalisé par le lycée polyvalent François Rabelais de Fontenay Le Comte

 

Le droit d’auteur, aujourd’hui ?

le droit d'auteur
Image issue d’un livret réalisé par le lycée polyvalent François Rabelais de Fontenay Le Comte

 

Une évolution du droit d’auteur est nécessaire face aux nouveaux usages du Web.

Que sont les Licences creative commons ?

Elles constituent un ensemble de 6 licences régissant les conditions de réutilisation et/ou de distribution d’œuvres (notamment d’œuvres multimédias diffusées sur Internet). Chaque licence se différencie selon des options sélectionnées par l’auteur qui souhaite informer le public que certaines utilisations sont autorisées à l’avance, bien qu’elles soient interdites par défaut sous le régime du droit d’auteur. Ces licences sont désignées par leur nom et peuvent être communiquées graphiquement par les icônes représentant les différentes options choisies par l’auteur.

Signification de chaque option :

Les auteurs ou titulaires des droits d’auteur peuvent choisir un ensemble de conditions qu’ils souhaitent appliquer à leurs oeuvres :

Attribution: Toutes les licences Creative Commons obligent ceux qui utilisent vos oeuvres à vous créditer de la manière dont vous le demandez, sans pour autant suggérer que vous approuvez leur utilisation ou leur donner votre aval ou votre soutien.
Pas d’utilisation commerciale: Vous autorisez les autres à reproduire, à diffuser et (à moins que vous choisissiez ‘Pas de Modification’) à modifier votre œuvre, pour toute utilisation autre que commerciale, à moins qu’ils obtiennent votre autorisation au préalable.
Partage dans les mêmes conditions: Vous autorisez les autres à reproduire, diffuser et modifier votre œuvre, à condition qu’ils publient toute adaptation de votre œuvre sous les mêmes conditions que votre oeuvre. Toute personne qui souhaiterait publier une adaptation sous d’autres conditions doit obtenir votre autorisation préalable.
Pas de modification: Vous autorisez la reproduction et la diffusion uniquement de l’original de votre oeuvre. Si quelqu’un veut la modifier, il doit obtenir votre autorisation préalable.

Ces quatre options peuvent être arrangées pour créer six licences différentes, les six licences Creative Commons :

Attribution
Attribution
Pas de Modification
Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale
Pas de Modification
Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale
Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale
Partage dans les mêmes conditions
Attribution
Partage dans les mêmes conditions

.

Quelques références pour aller plus loin :

Le cadre juridique de la Copy Party en dix questions – S.I.Lex (Lionel Maurel)

Des copy-parties dans les bibliothèques, en toute légalité ? (Silvère Mercier)

La 1ère Copy Party (à écouter sur Le mouv.fr)

copy party à la roche sur yon
En 2012, la première COPY PARTY à La ROCHE SUR YON

.

2 – Partager les contenus du domaine public avec la bibliobox !

bibliobox

La bibliobox mise au point par Jason Griffey pour les bibliothèques est issue du dispositif de David Darts crée en 2011. David Darts, professeur à la New York University, voulait pouvoir se déconnecter du web commercial, éviter le fichage et la vente de données personnelles à des industriels avides de vendre leurs produits.

La bibliobox est un dispositif matériel Wifi autonome qui permet le partage de fichiers. Elle est déconnectée d’internet. A partir de votre téléphone ou de votre ordinateur portable, vous pourrez vous connecter à la bibliobox et télécharger les contenus qu’elle contient. Le téléchargement à partir de ce module est libre et gratuit.

Les bibliothécaires sélectionnent et organisent les contenus qu’ils placeront dans la bibliobox. Ces sont des ressources numériques issues du domaine public ou sous licences creative commons. Cela peut-être des livres, de la musique, des photos, des films, des jeux.

 

Pourquoi des bibliobox en bibliothèque ?

Afin de développer les pratiques numériques en bibliothèque, de réfléchir sur les échanges non-marchands sur internet ou encore de promouvoir les biens communs de la connaissance, le domaine public et les licences libres.

Nous vous proposerons ce 28 mars :

  • un monde virtuel réalisé avec des enfants des écoles du quartier de Neudorf, des informations sur la construction d’une cathédrale et d’un village au Moyen-Âge, dans le cadre du millénaire de la cathédrale ;
  • Des livres sélectionnés appartenant au domaine public accompagnés de documents sur les œuvres et les auteurs ;
  • Des films libres de droit ;
  • Des musiques ;
  • Un livre publié par « Papier Gâchette » atelier de gravures strasbourgeois qui organisent, outre ses activités d’édition, des ateliers pour adultes et enfants. Le livre sera numérisé spécialement pour la médiathèque de Neudorf et mis à disposition des publics.

La bibliobox est un outil de partage de connaissances, elle est appelée à se renouveler et à vous proposer les découvertes choisies pour vous par les bibliothécaires…

.

Quelques références pour aller plus loin :

 

3 – « COPIER-COLLER, COPIER-CRÉER !»

 

Les jeunes générations ont une pratique aisée des réseaux sociaux, du téléchargement. Ils ont un usage rapide des fonctionnalités qui leurs sont utiles. Ceci pouvait autoriser tous les rêves d’accès aux savoirs et à la création. Ce qui est vrai pour certains s’avèrent plus nuancés pour d’autres quant à leur utilisation du web dans le cadre de leurs travaux scolaires voire universitaires.

Des enseignants ont analysé les formes du « copier-coller » au travers des devoirs ou travaux rendus par les apprenants. Souvent, les devoirs sont des suites de textes non référencés, repris directement du web sans réelle analyse.

Afin de remédier à ces pratiques, ils ont mis en place, dès le collège, une méthode dite « document de collecte». Les élèves sont accompagnés étape par étape dans l’acquisition et la pratique des outils numériques afin d’acquérir et construire des savoirs. On verra, comment à partir de ce processus, on aboutit à un travail d’écriture, comment à partir du copier-coller on parvient au copier-créer.

document de collecte
image provenant de : http://img.over-blog-kiwi.com/0/17/27/17/201312/ob_224b25_schema-culture-de-la-participation.JPG

Quelques références pour aller plus loin :

« Quand la lecture devient écriture » (Article passionnant !)

Une série d’articles rédigés par des professeurs documentalistes

« Optimiser » le copier collé

Aider les élèves à se repérer dans un monde « d’infobesité »

.

Nous vous attendons nombreux ce samedi 28 mars… A bientôt…

Publicités