Claude Monet – La liseuse, 1872, Walters Art Gallery, Baltimore
Claude Monet – La liseuse, 1872, Walters Art Gallery, Baltimore

.

Mon premier  jour d’été avec la liseuse :

Remarquez bien, je n’ai pas dit avec ma liseuse . Nous n’en sommes pas encore là toutes les deux. Une certaine distance est encore de mise.  Cette liseuse reste encore un objet à apprivoiser (ou pas). Nous verrons.

J’ai donc en main cet appareil, léger, sans fil – l’ère de la TSF des grands-parents et du « transistor » des parents est définitivement close. Je vais l’emporter sous l’arbre, l’allumer, en régler la luminosité et pointer vers le livre que je rêvais de relire. Il s’agissait de la Duchesse de Langeais. J’avais vu le film Ne touchez pas la hache de Rivette cet hiver, et je voulais retrouver l’ambiance d’une lecture lointaine qui m’avait touchée par sa sensibilité, mais aussi par son côté roman d’aventures. Montriveau, le héros du roman après une longue attente amoureuse à laquelle il a mis fin, repart à la conquête de sa chère duchesse réfugiée dans un monastère bâti sur un pic rocheux.

Donc, je refais connaissance : finesse extrême dans la description des caractères, élégance littéraire. Je retrouve les personnages, les décors, j’admire de nouveau le soin mis à décrire les jeux entre l’amoureux transi et la belle allumeuse. Je ressens une fois de plus leurs souffrances.

Je tournais les pages en tremblant, pardon, je faisais glisser les pages les unes après les autres, surlignais mes passages préférés à l’aide d’un doigt. Je n’avais plus besoin de chercher un crayon ou de corner la page. Tout était immédiat, sous la main. Le soir, après une interruption due aux nécessités de la physiologie – on peut aimer Balzac et avoir faim – je résolus au fond de ma  campagne de continuer à relire Balzac. Je demandai à la liseuse de bien vouloir me donner à relire Les illusions perdues. Il suffisait de demander pour disposer. Bonheur.

Alors je crois que cette liseuse va devenir Ma liseuse.

Nota bene : il faut et il suffit aussi  (ou quand même) de posséder à la campagne une connexion WI-FI ou préparer chez soi avant de partir en voyage, les livres qu’on lira sous l’arbre…

Anne C. (Médiathèque de Neudorf)

.

Prochainement :

annonce liseuses
A venir : êtes-vous à la page numérique ?
Publicités